jeudi 28 août 2014

2 degré à Iqaluit: quelle belle journée

Au petit matin, une fine couche de glace recouvre le pare-brise de notre gros Toyota gris stationné à l'ombre. Le mercure indique 2 degré, les drapeaux tombent vers le sol, le soleil brille. Ça sera une très belle journée!

Plusieurs de nos amis du "Sud" (Boucherville, Rimouski...) ont commencé l'école cette semaine. À la mode du Nord, "ne jamais stresser", la secrétaire de l'école m'a appris hier que les enfants étaient convoqués à une rencontre la semaine prochaine et qu'on saurait éventuellement s'il fréquenterait la maternelle le matin ou l'après-midi. 
- Merci beaucoup!
- Ilali ! ("bienvenue" en Inuktitut) 

Par curiosité, je suis allée revisiter mon défunt blog "Cynthia découvre Iqaluit- voyage sur l'Île de Baffin". Je vous partage aujourd'hui un article rédigé il y a un an, en août 2013. 

Bonne journée!!! 
Cynthia :)



lundi 5 août 2013

Le temps est doux en ce début août: un coton ouaté suffit pour être confortable. Voici une photo avec une image de la Baie et un filet de pêche qui sèche au soleil.

Ma petite maison au Pôle Nord

De nombreuses maisons d’Iqaluit sont préfabriquées, d’autres sont bâties sur une structure en pilotis d’acier. Les toitures sont souvent en tôle, matériel léger à transporter et résistant.
Pour tout projet de construction, il faut prendre en considération le transport des matériaux. Aucune voie terrestre ne relie la capitale du Nunavut au reste du monde. La voie aérienne est dispendieuse. La voie maritime est plus abordable, mais accessible seulement de juillet à novembre, selon la rigueur du climat de l’année en cours. Tout doit être réfléchi, calculé, commandé… à partir de Valleyfield, le plus souvent.

La maison dans laquelle nous logeons est un « trailer ». Elle est montée sur trois essieux et soutenue par des « blocs », mais il s’agit d’une réelle maison, sans déménagement éventuel à son horaire. Comme toutes les maisons mobiles que j’ai visitées, la porte principale donne dans le salon-cuisine et un long corridor mène aux chambres et à la salle de bain. Le couloir fait le plaisir des enfants qui y patinent avec leurs pantoufles en phentex et y font des courses de vélo.  
Un camion-citerne alimente notre réservoir d’eau domestique quotidiennement. Un autre vient remplir notre « tank » à l’huile, pour le chauffage (qui fonctionne été comme hiver). Et l’électricité nous vient d’une centrale au diésel locale.

Notre maison est située sur une petite rue non-pavée où les enfants du voisinage roulent en vélo en plein milieu, sans soucis. Comme ailleurs en ville, aucune clôture ou signe physique ne délimite notre terrain. Mon conjoint a fait livrer une petite montagne de sable à côté de notre maison pour que les enfants s’y amusent. Le mot s'est passé vite et les enfants du quartier viennent  creuser gaiement dans notre carré de sable.

De la fenêtre de la cuisine, on aperçoit le parlement territorial, la Gendarmerie Royale et des immeubles verts forêts, jaunes foins, bleus marine et bourgognes. On voit aussi un gros Inukshuk en pierre et différents drapeaux qui nous indiquent la direction du vent et sa force. Des fleurs en petites boules de « coton » et des épilobes fushia poussent à travers la verdure du mois d’août.

On voit passer des taxis et des camions. Beaucoup de tracteurs et de remorque. Des « quatres-roues » et des piétons. Des chiens huski sans laisse... Il y a continuellement de l’action. Par exemple, à 11 heures ce soir, lorsque le soleil laisse ses dernières traces orangées au haut des montagnes, les voisins veillent autour d’un feu. La nuit sera brève.

Comme le dit mon fils, « Bonn’ huile » (bonne nuit)

http://cynthiadecouvreiqaluit.blogspot.ca/2013/08/ma-petite-maison-au-pole-nord.html, 
Le blog d'une maman en voyage dans le Grand Nord canadien. 
Exploration de la toundra et découverte de la nature arctique. 
© Cynthia Durand, Merci de respecter les droits d'auteur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs