mardi 19 août 2014

Retour à Iqaluit, mi-août 2014



Retour à Pôle Nord (par un temps littéralement glacé), mi-août 2014

Matinée grisâtre et venteuse; on enfile manteaux, tuques, gants et bottes.

Petite halte à l’épicerie : petit pot de fromage à la crème 7,50$; 2 litres de lait 6,50$; brocoli 2$, casseau de fraises douteuses 5$, boîte de Shreddies 6$.

Les longues heures d’ensoleillement estivales ont permis à cette île de roches et de pergélisol de verdir. Quelques fleurs mauves ont même trouvé racines.

Dans cette capitale sans centre d’achat, piscine municipale, ni centre d’amusement intérieur; les journées pluvieuses sont consacrées à la couture, à la cuisine et à inventer mille et un jeux avec les enfants.

Iqaluit est demeurée comme je l’ai quittée : ses maisons colorées, son air salin, son peuple souriant... 


Même le dépotoir qui brûle depuis environ trois mois a gardé son allure de volcan. Seul changement : la ville va déployer la somme de 3,3 millions de dollars pour tenter d’éteindre le brasier de quatre étages de haut et d’une grandeur d’un terrain de football dont la chaleur interne s’élève à 1 400 degrés Celcius. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs