jeudi 23 octobre 2014

Réduire l'adrénaline en accouchant

Illustration: Andréann Larouche, illustratrice de "Ma mère, c'est la plus forte - une histoire sur la naissance"


Pourquoi accoucher naturellement est-il si rare et difficile dans notre ère moderne?
Pourtant, les femmes donnent naissance depuis que le monde est monde... La littérature scientifique sur la physiologie de l'accouchement nous enseigne que l'adrénaline serait un des grands coupables.

Définissons d'abord ce qu'est un processus physiologique

La physiologie, c'est ce qui est biologique, prévu dans la nature, nécessaire à la survie humaine. Manger, dormir, réguler la pression de son sang, évacuer, accoucher, etc. C'est le contraire de ce qui est culturel ou contrôlé par l'homme.

Qu'est-ce que l'adrénaline?

C'est une réponse de notre corps à une situation de stress ou à un effort physique qui augmente notre vigilance, notre rythme cardiaque, notre pression artérielle... L'adrénaline nous protège, par exemple, si l'on a peur à cause de bruits douteux autour de la maison durant la nuit, l'adrénaline nous empêchera de dormir et nous mettra en état de vigilance, d'alerte.

Qu'est-ce qu'il y a de mal à être alerte?  
Dans la nature, on sait que, si un mammifère est en train d'accoucher et qu'il sent un danger, l'adrénaline provoquera soit une diminution/interruption de ses contractions jusqu'à ce qu'il se trouve une autre cachette sécuritaire, soit l'expulsion rapide du bébé si celui-ci est presque né, afin que la mère puisse se sauver et retourner chercher son petit plus tard.
Photo de la collection personnelle de Cynthia Durand/
www.lasaisondumammouth.blogspot.com .
Merci de respecter les droits d'auteur.

On appelle cela la "fight and flight response", ou la "réponse de lutte ou de fuite". Concrètement, on l'observe quand une femme en travail arrive à l'hôpital et que, sous l'effet de l'adrénaline du moment, ses contractions ralentissent ou arrêtent. Ou encore quand on dit à une femme "le bébé ne sort pas, il faut aller en césarienne" et qu'elle l'expulse aussitôt sous l'effet de l'adrénaline.

Comment réduire l'adrénaline lors d'un accouchement?
L'illustration ci-haut d'Andréann Larouche propose une façon intéressante de réduire l'adrénaline: en ayant une personne calme à ses côtés. En effet, on sait que l'adrénaline est "contagieuse". Préparer un environnement de naissance agréable aide à réduire l'adrénaline: musique douce, éclairage tamisé, endroit familier, conjoint en confiance... Mais au-delà de ce qui est extérieur à la femme, c'est dans son coeur qu'elle doit se préparer au calme et à la force. Je vous laisse sur cette belle réflexion de la sage-femme Ina May Gaskin  :


" L'attitude de la mère, du partenaire et des personnes présentes (la composante psychologique de l'accouchement) serait aussi et même plus importante que toutes les composantes physiques de l'accouchement (l'action des muscles, le bassin, le contenu de l'utérus).

Les facteurs physiques sont ce qui nous a été donné. Les facteurs psychologiques sont les composantes sur lesquelles on peut agir. Vous pouvez modifier vos pensées afin de rendre votre travail plus facile."

- Ina May Gaskin, Spiritual Midwiferie (traduction libre)


Références:
BUCKLEY, Sarah. Gentle Birth, Gentle Mothering
GASKIN, Ina May. Spiritual Midwifery,
ODENT, Michel. Naitre et renaitre dans l'eau

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs