lundi 5 janvier 2015

Veillez déposez vos bottes au frigo, s.v.p.



Samedi, c’était la vente de Noël par les artisans d’Iqaluit. « Artisans » est un bien grand mot, car tout le monde avait bien le droit d’aller vendre ses projets de tricots, ses parkas fait à la main ou ses biscuits secs. 
À un kiosque, une vieille dame était assise avec un jeune Inuit. Elle souriait. Elle vendait une superbe paire de kamiik, de la grandeur parfaite pour mon fils. Des kamiik (au pluriel, on double le i), ces bottes traditionnelles du Grand Nord, faites en peau de phoque, avec une doublure en feutre 100% laine, ornée de broderie comme les grands-mères polaires ont tellement de talent pour. Je me suis informée sur leur coût. Le jeune garçon a traduit en Inuktitut à sa grand-mère qui a répondu avec un sourire et un jargon mélodieux qui signifiaient le prix et son désir de m’en faire d’autres à mon goût pour la famille.
150$. Un peu dispendieux, mais un prix honnête pour tout le temps mis dans la fabrication des kamiik : chasser le phoque, le dépecer, gratter la viande et le gras de la peau, laver et tendre la peau sur un cadre en bois, la laisser sécher, couper les pièces nécessaire pour les kamik, les mâcher (étape essentielle pour attendrir la peau), coudre, broder…
J’ai discuté un peu avec le garçon qui m’a surtout précisé qu’il fallait les ranger au congélateur.
 - Au congélateur ?!
 - Le frigo fonctionne aussi, qu’il m’a répondu.
 - Ha bon.


Avez-vous déjà laissé vos bottes au congélateur? J’imagine que c’est plutôt froid quand tu te mets les orteils dedans. On m’a expliqué que c’était à cause que la peau de phoque était crue. On l'a simplement laissée séchée au soleil au lieu de la tanner chimiquement comme on traite habituellement le cuir. "Crue", donc, si tu la laisses sur le comptoir, attend-toi à une réaction de vieux steak oublié sur le comptoir : odeur, moisissure, yak et burk. Alors, tout l’été, il faut les ranger sous zéro et l'hiver on peut les laisser au frais dans son portique.
Dommage, pour cette artiste et les authentiques kamiik. Je les trouvais vraiment belles, mais pas très pratiques.

Écris en décembre 2010... comme le temps passe vite ;)
Désolé pour le "recyclage", j'ai peu le temps d'écrire ces jours-ci...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs