vendredi 6 février 2015

Un fusil et un bateau


Ce matin, en mettant le nez dehors, il y avait une agréable brise d’air pur. Un vent frais comme en Abitibi, sur le bord du lac Guéguen, en plein mois d’août. Pas une journée pour se baigner, mais un beau ciel bleu, parfais pour jouer dehors.

Une journée pour jouer dehors: les parcs se remplissent d’enfants en après-midi. Souvent, je m’assieds sur le banc et surveille mes enfants. En réalité, je ne suis pas la seule à les surveiller; ils savent s’entourer de "grands frères" et "grandes sœurs". Est-ce à cause des larges familles inuites que les enfants sont si sensibles aux touts-petits?

Les grands me ramènent ma petite ou vont la pousser sur la balançoire. Ils sont contents d’avoir un adulte à qui raconter leur quotidien. J’apprends sur leurs familles, leurs animaux, leurs jeux…

Un petit garçon m’a dit qu’il a un fusil. « Un fusil et un bateau. » Il est allé avec son père et son grand frère en mer pour chasser le phoque et le morse. Il est fier d’avoir tiré trois coups de fusils. Il sera un grand chasseur.

Écrit à Iqaluit, 2011. Cynthia Durand

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs