samedi 28 mars 2015

Les grandes marées

Une nouvelle glace vive apparaît sur la plage un soir de grande marée.

Je vis à Iqaluit, 
cet endroit décrit comme "un désert de glace et de roches" 
par les premiers Blancs y ayant habité, les missionnaires.
Il y a quelques jours, c'était la pleine lune, ici comme ailleurs.

La pleine lune.
Ici, on dit plutôt: "Les jours de grandes marées"
Parce que, même avec une épaisse couche de glace recouvrant la mer,
celle-ci ne demeure pas insensible à l'attraction de la lune.
Particulièrement à l'attraction de la pleine lune.

Sur la plage, s'entasse d'énormes blocs de glaces

Entre la toundra et la mer,
sur la plage,
s'entasse d'énormes blocs de glaces forgés par la marée.
Et lors des grandes marées,
ce qui semble être complètement glacé 
- surtout avec la température extrême des deux premiers mois de l'année -
craque,
bouge,
se fissure.
On entend l'eau ruisseler: la marée est ascendante. 

À coups de hache, la piste redevient nôtre.

La marée, la vilaine, brise nos pistes.
À certains endroits, de nouveaux monticules apparaissent.
À d'autres, des failles nous impressionnent.
À coups de hache, la piste redevient nôtre. 

Le ciel est dégagé.
La météorologie populaire dit qu'il ne neige jamais un soir de pleine lune.
Vive la pleine lune.


La météorologie populaire dit qu'il ne neige jamais un soir de pleine lune.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs