dimanche 24 mai 2015

"Pas mal" au Nord

VIVA les quelques journées de soleil de mai
qui nous rendent "Heureux d'un printemps qui m'chauffe la couenne"

Tu sais que tu habites "pas mal" au Nord du Grand Nord quand...


Une carotte et des canneberges:
notre bonhomme de neige de mai...
plutôt appétissant!

Tes enfants font des bonhommes de neige au mois de mai.


Ton fils dessine un phoque comme "aliment santé" dans son cahier d'exercices... et signe son nom avec le syllabaire inuktitut.


Que les enfants discutent de chants de gorges (katajjaq) au salon et entonne "HHHem-Ha, HHHem-Ha, HHHem-Ha".



Les aliments santés de ce dessin:
une carotte, un phoque,
un steak, des pois et une banane. 
Lorsque la sortie de fin d'année scolaire est une journée en motoneige sur les terres... au mois de mai. (et que le menu du dîner inclus de la bannock)

Lorsqu'on ne remarque même plus les os de baleine boréale qu'un voisin a érigé sa cours.


Lorsque la chanson qui te tourne dans la tête, c'est "niaqu-tui-sirqu-putuguq-sirqu-putuguq" (traduction: tête-épaule-genoux-orteils-genoux-orteils)



Un souvenir de la chasse à la baleine boréale de 2011 à Iqaluit.

samedi 16 mai 2015

Fêter nos enfants sans surconsommer

Quand les enfants étaient petits, c'était facile. Mais cette années, ils avaient assistés à quelques fêtes avec beaucoup de cadeaux (une quasi-obligation de chaque invité), des gugusses comme prix de présences et les fameux sacs surprises (remplis de bidules Dollarama qui finissent dans les poubelles, brisés en miette en moins de cinq minutes). 
Alors, comment expliquer la simplicité aux enfants? 
Comment expliquer au fêté et aux invités que les cadeaux ne sont pas nécessaires, que l'on invite nos amis pour le plaisir de passer du bon temps ensemble? 
J'ai finalement dis les choses tel quel. Ce fut un superbe après-midi.

Une couronne d'anniversaire Waldorf. Je lisais qu'on pouvait s'inspirer de la saison pour la décorer. Mais, comme je n'avais VRAIMENT pas envie de coudre des bancs de neige (oui, oui, c'est cela, "mai" à Iqaluit), je lui ai fait une couronne feu/soleil.

Ce gâteau-fruits plait à toutes les restrictions alimentaires des invités. Et puis, on avait déjà des petites sucreries qui venaient avec notre pinata. Imaginez, les "suçons de fruits" furent PLUS populaires que les "vrais suçons"!

Notre pinata en papier mâché. Avouez qu'il y a quand même du progrès, comparé à celle de l'an dernier (hihi, j'ai effacé la photo de l'an dernier.)

samedi 9 mai 2015

L'épicerie un dimanche soir

Pour Mé 
(qui m'a reproché de ne plus écrire assez sur le Grand Nord...)



L'épicerie un dimanche soir


Devant l'épicerie, un jeune libanais attend son prochain client au volant de son taxi.
C'est un ami qui lui a parlé de l'opportunité.
Il est venu de son pays natal pour travailler et économiser.
Directement d'un soleil éclatant à la pénombre hivernale du Grand Nord
Directement de 40 degré Celsius à - 40 !!!!
Il est complètement sur-qualifié pour chauffer un taxi.
Qu'importe, il sourit à son son emploi au Canada.
Ses supérieurs l'ont attitré au service de nuit.
Douze heures de file à chercher les adresses dans la noirceur, reconduire les soûlons, découvrir la vie nocturne d'Iqaluit...


Grrrr, je sors de l'épicerie.
Les étalages de pains: complètement vide.

Plus un seul carton de lait homo, de yogourt à la vanille, ni de fromage de chèvre.
Pas de betteraves, pas d'asperges.
Parfois, je me dis sereinement que c'est cela, la simplicité.
Ce soir, la simplicité peu bien aller au diable!

J'ouvre la porte arrière du taxi pour rentrer chez moi.
Au même instant, une jeune femme avec son enfant lové dans son amautik blanc s'assoit à l'avant du taxi.
Parfait! voilà ce qu'on appelle du transport en commun.
7$ par adulte pour la course, qu'importe le lieu.
(La ville ne fait pas plus qu'une dizaine de kilomètres.)

- J'ai hâte que mon quart soit fini, ma femme m'attend.
- Vous êtes marié! Je ne savais pas. Vous vous êtes rencontré ici?
- Non, on s'est connu à l'université il y a dix ans déjà,
a répliqué le chauffeur de taxi.
Il m'a parlé de ses deux enfants, 8 et 13 ans, aussi.

Parce qu'on finit tous par devenir familier avec les chauffeurs de taxi, j'ai poursuivi notre échange:

- Votre femme aime ça, le Grand Nord?
- Euh, nous avons rendez-vous demain... au Liban, je ne l'ai pas vue depuis près de trois ans.

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs