vendredi 7 août 2015

Choisir d'accoucher seule - témoignage

"Accoucher ou se faire accoucher?"  Cette phrase qui a pris sa popularité au Québec dans les années 1980, est-elle encore d’actualité? Pour Rachel qui a choisi d’accoucher par elle-même, OUI, "accoucher ou se faire accoucher" est le fondement même de sa vision de la naissance. Et puisqu’on lui a bien fait comprendre qu’accoucher à l’hôpital, c’était accepter de SE faire accoucher, elle a fait ses recherches, s’est informée, a démystifié l’accouchement et a choisi de mettre au monde son fils là même où il a été conçu...


Entrevue avec Rachel,
mère d’un seul enfant, né à la maison, sans assistance médicale (A.N.A.)


Photo personnelle, merci de respecter la Loi sur les droits d'auteur.


Q: Les gens en général n’ont jamais entendu parler de naissance libre (autre terme pour ANA), tu connaissais des gens qui avaient accouché en famille?
Rachel: Non! Au commencement de ma grossesse, j'ai lu le récit d'une femme qui a fait un ANA (accouchement non assisté) et je me suis dit : « Ayoye, c'est bien extrême. Chacune pour soi, mais, ce n'est pas pour moi! »
Et là, j'ai commencé à lire à propos des interventions, à propos des protocoles, à propos des femmes mécontentes (que leur accouchement leur ait été "volé" par des docteurs), à propos des droits des femmes enceintes...
Et je me suis choquée. Mon côté féministe est complètement sorti, finalement. J'ai tout le temps été féministe, mais je ne savais pas comment en parler - mais là, j'ai trouvé ma cause.
Q: Et accoucher avec ton amoureux, chez toi, te faisait peur? Tu n’avais pas peur que ton bébé meure à la naissance?
Rachel: Non, du tout. Je savais que les risques étaient plus grands que je meurs en me rendant à l'hôpital (à cause d'un accident de la route) que mon bébé décède à cause d'un accouchement à domicile.(1)
Mais, j'étais prête à accepter le fait que, la mort, ça fait partie des possibilités. Je ne voulais pas un accouchement parfait, sans aucun risque, je voulais un accouchement propre à nous.
« Je ne fais pas mes choix en pensant à mes peurs, mais en pensant à mes espoirs » (2)
Q: Comment se prépare-t-on à un tel événement?
Rachel: Je voulais que le matériel utilisé pour l'accouchement soit minime. Ce que j'ai utilisé pendant l'accouchement est une bouteille d'eau chaude et un drap de plastique. Après, beaucoup de serviettes, deux bouteilles pour arroser le périnée, un mélange d'herbes médicinales et une chandelle pour couper le cordon ombilical.
Question préparation mentale, physique et spirituelle, j'y suis arrivé doucement. J'ai pratiqué le laisser-aller. J'ai gardé une grande curiosité pour ce dont mon corps faisait et j'essayais de ne pas interférer d'une manière ou d'une autre. Je me suis abandonnée à la nature, au sauvage, au savoir millénaire et universel des femmes. J'ai fait confiance en mon corps pour faire ce qu'il doit faire, tout simplement.
J'ai pratiqué la relaxation de tout, incluant le mental. J'ai lu tout ce que je pouvais: des témoignages, des livres techniques, des livres spirituels, des statistiques, des faits, des livres pour me changer les idées. Je me suis renseignée des risques et j'ai pleinement accepté ceux-ci.
Chaque jour, je nourrissais mon corps de bonne nourriture, de patience, de compréhension, d'acceptation, d'encouragements. Je parlais de l'accouchement à mon conjoint de mes attentes et de mes espoirs. J'ai écouté mon instinct primal, celui qui se fait si silencieux. Même si j'étais lucide mentalement tout au long de mon accouchement, je ne pensais pas à mon corps, je le laissais faire ce qu'il voulait.
Q: Et ton conjoint, il était à l’aise de prendre le rôle de "sage-femme" pour une nuit?
Rachel: Mon conjoint dit qu'il ne mérite pas de "félicitations" (lorsque quelque les gens lui disent: « Félicitations, Dr Papa. »), qu'il a seulement fait du ménage et qu'il ne comprend pas pourquoi les gens en font un si grand événement.
La partie "laisser-aller" est la plus compliquée pour certaines personnes qui veulent trop aider ou qui paniquent et veulent que "leur femme ne souffre plus".
C'est assez fantastique d'avoir des hommes comme ça dans nos vies.
Q: Des recherches ont démontré que la femme qui accouche libère les mêmes hormones que lors d’une relation sexuelle. (3)  Vois-tu un lien entre la sexualité et l’accouchement?
Rachel: Absolument. Pour moi, l'accouchement et même l'allaitement font partie de la sexualité. Dans tous les cas, il y a un orgasme (on espère deux! mais, ce n'est pas toujours le cas), une grossesse, un accouchement et, espérons, l'allaitement pour au moins deux ans. Tout cela, c'est sexuel. On sécrète l'ocytocine en affection pour le partenaire, en orgasme, en accouchement et pour allaiter. En fait, je me suis "préparée" à l'accouchement en plusieurs séances avec mon vibrateur. L'orgasme est une série de spasmes de l'utérus et l'enfantement est la même chose, au plus intense du sens. J'ai essayé la masturbation durant mon accouchement, mais, malheureusement, ça n'a pas marché pour moi. Il y avait déjà tellement de sensations intenses que je ne pouvais me concentrer! La naissance orgasmique sera peut-être pour une prochaine fois!
Aussi, en accouchant, une femme doit se mettre dans les mêmes conditions que celles idéales pour avoir un orgasme : sentiment de sécurité, sentiment de ne pas être observée, confiante, "dans une bulle", utilisant le moins de vocabulaire possible, comblant son besoin d'intimité, etc.. Imagine essayer d'avoir un orgasme pendant que quelqu'un te palpe pour voir à combien de centimètres le col de l'utérus se trouve! L'allaitement, c'est pareil : la femme doit se sentir confortable, soutenue, dans un bon environnement... Ce sont tous des trucs essentiels pour le succès de l'orgasme, l'accouchement ou l'allaitement.
Q: Dans les sociétés anciennes, on attendait généralement que le placenta soit né et que le bébé respire bien avant de couper le cordon ombilical. (4) C’est une astuce que tu connaissais? Que tu as appliqué?
Rachel: Je n'avais pas beaucoup d'informations à  propos du placenta jusqu'à ce que je lise le livre Placenta Book de Robin Lim. Dans ce livre, il y a non seulement l'aspect historique, mais aussi spirituel et physiologique. Le rituel de brûler le cordon avec une chandelle vient de ce livre. Je n'avais jamais vraiment pensé profondément à ce que le placenta représentait pour moi. Mais en réalité, ça peut être vu comme le jumeau génétique du bébé, le porteur intelligent de tous les nutriments et un essentiel à la grossesse, dans tous les sens. Je voulais vraiment honorer cet aspect de la naissance qui, de nos jours, n'est presque pas mentionné.
Donc oui, j'ai lu ces faits seulement quelques jours avant la naissance de mon fils et je me suis assurée que bébé aille bien avant de sevrer le cordon dans le respect. Autres astuces de ce livre: Si le bébé a de la misère, n'est pas assez vigoureux à la naissance, la stimulation du placenta par massage et chaleur pourrait apporter une dernière vitalité du placenta à l'enfant. Aussi, en cas d'hémorragie, j'ai lu des témoignages de personnes qui mangeait un bout de placenta cru...
 Merci infiniment, Rachel, pour ce riche partage.
(1)    VADEBONCOEUR, Hélène, Un accouchement naturel ou une césarienne, édition Fides, Montréal, 2010
(2)    Mamanzine, Groupe Maman
(3)    ODENT, Michel, The function of the orgasm, Paris, 2010
(4)    GOLDSMITH, Judith, Childbirth Wisdom from the World’s Oldest Societies, East West Health Books, Brooklin, 1990

6 commentaires:

  1. « Je ne fais pas mes choix en pensant à mes peurs, mais en pensant à mes espoirs » C'est tellement beau et fort comme réflexion! Merci de ce partage!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, c'est une phrase tirée du Mamanzine, il faudrait prendre le temps de vérifier qui l'a dit :)

      Effacer
  2. Le pouvoir féminin dans toute sa splendeur! Je voulais les féliciter. Mais finalement, ce qui me vient, c'est une belle déferlante d'amour!
    Marie-Hélène

    RépondreEffacer
  3. Hey!

    La vraie phrase que j'ai retrouvé dans le MAMANzine est 'Que vos choix reflètent vos espoirs et non vos craintes' - Nelson Mandela

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci Rachel et félicitation encore pour ton accouchement entièrement naturel ;)

      Effacer

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs