mardi 27 octobre 2015

Coudre et coller son costume: idées pour les enfants



"Je l'ai fait moi-même!"

Oui, oui! Trésor voulait se transformer en une boîte de céréales pour de la fête des citrouilles. Il a pris un vieux pull bleu et a collé des morceaux de feutrines en raisins secs et des lettres jaunes avec le fusil à colle.

"Bizzzzzzzz PIQUE!

Petite Abeille a découpé cinq bandes de feutrine noire collée sur un vêtement jaune. Voilà la simplicité d'un costume d'insecte, fait par un enfant de 4 ans. Les ailles sont des cintres recouverts de tissus.

"Bébé sera une poule"

Une poule? C'est mon Abeille qui fait des farces. Un perroquet pour notre bébé et celui de notre invitée européenne qui célébrera les squelettes et les sorcières pour la première fois. Par paresse, pour éviter de coudre des bords de tissus, j'ai pris de la feutrine, car ça ne s’effiloche pas!

"Nous aussi!"

Les petits voisins aussi voulaient fabriquer leurs costumes. En fouillant dans le coffre de tissus de Matante Cyntia, des capes leur ont inspiré l'idée de se transformer en vampires. Un masque en feutrine, création d'enfants de 8 et 10 ans, bricolé en 30 minutes, juste pour le plaisir...

"Nous l'avons fait nous-mêmes!"


samedi 17 octobre 2015

Imaginez faire votre épicerie pour un an, d'un seul coup…

Le Anna Desgagnés qui a passé la semaine dans la Baie de Frobisher.

Imaginez faire votre épicerie pour un an, d'un seul coup… combien de boites de macaronis achetez-vous? De rouleaux de papier de toilette? De pots de beurre d'arachides?

Puisqu'au Nunavut, le coût de la vie est cher, plusieurs citoyens n'hésitent  pas à faire une commande au « Sud » et à envoyer celle-ci sur d'énormes navires-cargo munis de grues (voir la photo ci-dessus du Anna Desgagnés). Ces mastodontes réapprovisionnent la ville de voitures, matériaux de construction, épicerie non périssable, meubles et tous autres biens qui seraient dispendieux d'acheminer par avion sur ces îles isolées du nord du Canada.

La marée haute de 20 h 00 d'hier soir a permis de ramener à terre ferme deux barges tirées par des bateaux-remorques jusqu'à la plage d'Iqaluit. Si, comme adulte, on peut se sentir dépassée d'avoir son salon envahi de conserves de tomates en dés et de petits pois, de boites de linguine et de céréales; pour les enfants, c'est Noël! Une boite après l'autre, ils ne veulent rien manquer du chocolat, des biscuits soda et des poches de farine. Ils savent que quelques morceaux de vêtements et probablement des jouets, aussi, se sont glissés parmi les boites soigneusement préparées pour remonter le Saint-Laurent jusqu'à l'Arctique.


Cette année, un ami s'est procuré un bateau pour naviguer en mer et nous avons eu la chance de voir Iqaluit d'un autre angle… mal de mer inclus.


Iqaluit vu d'un autre angle

Un énorme merci au Métro Fort St-Louis de Boucherville pour nous avoir préparé 20 kilos de gruau, 20 kilos de cassonade, 24 pots de confitures, 12 pots de beurre d'arachides, 24 litres d'huile d'olive et végétale, 3 kilos de pépites de chocolat, 60 conserves de tomates en dés, 40 conserves de pâte de tomates, 10 boites de céréales, 70 kilo de nouilles, 20 kilo de riz, etc. MERCI!!!!

Merci aussi à belle-maman pour les diverses courses de dernière minute.

samedi 3 octobre 2015

Un nouvel amautik: passer au suivant

Coucou! Bon matin! Vous ne devinerez jamais ce qui m’est arrivé...
J’étais dans un bureau du gouvernement pour régler des papiers pour Bébé Neuf. Dans le Nord, il faut savoir être patient, ne pas s’en faire et ajornamat! Puis, là, une superbe dame, le visage rond, les sourcils qui se soulèvent pour répondre l’affirmative, commence à me questionner poliment à propos de mon amautik. – Vous savez, celui que je me suis fabriqué quand Petite Puce est née, un amautik pas trop chaud, pour le « Sud », en tissus recyclés. Une épaisseur découpée dans une vieille couverte de coton et l’autre avec les petites couvertes bleues qu’ils offrent dans les avions.  – Alors, voilà, elle me sourit et m’explique : il ne faut JAMAIS coudre un amautik dans un matériel extensible. Et puis, je vais avoir froid avec ce manteau porte-bébé trop mince (même si, bébé, blotti dans mon dos, est une vraie fournaise ambulante). En effet, en ce début octobre, une fine couche de glace dans les flaques nous rappelle le besoin de bien s’habiller avant de sortir. Et puis, maintenant, regardez la photo ci-dessus… elle m’a offert un superbe amautik neuf. Noir, propre, majestueux. Fais à la main par une femme inuite de la capitale nunavummiut. Simplement parce qu’elle me voit souvent marcher avec les enfants et qu’elle est extrêmement généreuse et qu'elle souhaitait que ce manteau traditionnel à la femme serve à quelqu'un. Génial, quel privilège!!! Merci!!! Qujaqnamik!!! Nakurmik!!!
Mais, il y a un hic: à la suite à la naissance de Bébé Neuf, une amie m'a trouvé un patron et m'a aidé à coudre mon propre amautik (photo ci-dessous). Alors, j'ai hésité à accepter l'amautik noir. Puis j'ai avoué à la dame posséder un amautik plus chaud à la maison... et non fait de tissus extensibles! Timidement, je lui ai demandé si je pouvais offrir ce précieux présent à une amie enceinte. Alors, s'il est à ton goût, de tout mon coeur, chère Mé, je te l'offre. Quant à mon amautik bleu, si la petite Laura qui vient au Pôle Nord bientôt l'adopte, il sera pour elle.

À plus tard!!! Siaruktaluk!!!

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs