jeudi 31 mars 2016

Pourquoi la tire d’érable goûte-t-elle toujours meilleure dans la toundra?



C’était le congé de Pâques. C’était l’idée à Juanee. C’était une belle journée ensolleillée.

Iqaluit, pas Iqaluit, quand tu as le gène Québécois, même au cœur de l’Arctique, le doux printemps te donne envie de célébrer le temps des sucres. On y a bien pensé, à une promenade dans l’érablière la plus près... mais au bout de quelques heures sans feuilles, sans arbres, nous avons, contre toutes attentes, installé des collets à lièvres sur des traces fraiches, question de ne pas rentrer bredouille.

Heureusement que la fille de la campagne apporte toujours une conserve de sirop d’érable dans son sac à dos. Et un ouvre-canne. Et un brûleur au gaz compact. Alors, l’air autour de nous, puis l’île de Baffin tout entière, s’est embaumée du doux parfum de l’eau d’érable qui s’évapore et les amis se sont mis de la partie pour bâtir la première cabane à sucre du Nunavut. Au détour de nos 5 pièges à lapins, nous en avions attrapé six! Les enfants ont attrapé une énorme dinde… en chocolat, pour le souper. Nous avons dégusté notre festin de soupe aux pois, de bines, de ragoût de boulettes de r’nard, de tourtière et d’omelette avec du sirop d’érable. Il faisait tellement chaud que la glace sur la mer commençait à fondre et il fallait penser à rentrer en ville avant que les aurores boréales remplissant le firmament nous atteignent. La tire sur la neige n’a jamais été si bonne que cet après-midi-là dans la toundra. Pourquoi? Parce que nous l’avons fait bouillir avec amour.

mercredi 23 mars 2016

Jour de blizzard à Iqaluit


Un blizzard est souvent précédé de quelques jours de temps doux.


Après la grande noirceur, le froid irréel de l'hiver arctique et la douceur de ses aurores boréales, la nature – sila – a décidé d'exprimer une autre de ses forces : un mélange de vents déchainés et de neige qui ne trouve repos sur nulle surface. C'est un blizzard – Piqsiqtuq .


La Ville a un rôle central lors de ces tempêtes, elle prend la responsabilité de « fermer ».
Fermer quoi? Tout.

Les bureaux, les services, les routes… et les autres organisations, les écoles, les garderies, le gouvernement (et dans une capitale, la portion de citoyens qui y travaillent est quand même impressionnante!) suivent et renvoient leurs employés chez eux.

Avec la mer et la non-présence d'arbre, le vent a le beau jeu à Iqaluit.
Lorsque la mairesse publie son « PSA -Public Service Announcement », sur Facebook, pour annoncer que la ville est fermée, conduire sur la voie publique devient « à vos propres risques » et même les taxis rentrent à leur base. Toutes les maisons qui dépendent de la livraison d'eau potable des camions-citernes municipaux passent au mode « économie ». On se nourrit avec le contenu actuel du frigo, car épiceries, dépanneurs et restaurants ferment également.Tous hibernent, le temps d'un blizzard, une journée ou deux, pas plus, chacun espère.

Lors de ces vents fous – par exemple, 110 à 140 km/h que j'ai noté dans mon journal, relevé sur le site d'Environnement Canada le 7 janvier 2014 – mêlés à de la poudrerie offrant une visibilité nulle sur toute la capitale nunavummiute, les pannes d'électricité sont fréquentes et les dommages aux infrastructures aussi. Les poubelles volent, les gens s'enferment, les voitures téméraires s'entassent dans les fossés. Une merveille continue de me fasciner : lorsque le blizzard commence, les énormes corbeaux, heureux, planent et s'amusent dans le vent.



Début du dernier blizzard : un corbeau en vol plané.

lundi 7 mars 2016

Bassin ou vagin?


Une page du livre "Ma mère, c'est la plus forte - une histoire sur la naissance" disponible sur amazon.ca


« Pourquoi, dans le livre Ma mère, c'est la plus forte, dire aux enfants que le bébé descend par le « bassin », plutôt qu'honnêtement utiliser le mot « vagin »? »
                                                            – Emmanuelle, mère de cinq enfants



Bassin ou Vagin? Trois arguments
par Cynthia Durand



1. Car le bassin est une structure extraordinaire

« Un bassin trop étroit », voilà une réponse des plus populaires pour expliquer les césariennes de nos mères, voilà aussi une peur se transmet et persiste. Or, le bassin est une structure merveilleuse! Il s'agit d'un ensemble d'os mobile, articulé. Lors de l'accouchement, grâce aux relaxines et à certaines positions, le bassin peut s'ouvrir jusqu'à 20% de plus qu'à la normale. (Sears, 2001) Et le bébé qui, tête première, tourne, comme une ballerine, dans les angles exacts pour profiter de la largeur maximale du bassin selon chaque stade de l'accouchement, c'est merveilleux! Il fallait partager avec les enfants le génie du corps de la femme!


2. Car l'album ne possède que 32 pages

Une page du livre "Ma mère, c'est la plus forte"
J'y ai bien pensé, parler du vagin qui s'étire à la perfection pour le petit corps qui s'y glisse... comme lorsqu'on enfile un chandail à col roulé, ou une chaussette. J'ai même fait le croquis d'un petit vers de terre qui descend dans son tunnel, qui se creuse un chemin de la taille exacte pour celui-ci. J'ai aussi voulu parler du crâne du bébé, en os non soudés, qui se compacte en passant dans le « tunnel » pour s'ajuster au corps de sa mère. Et de l'utérus dont les tissus s'ouvrent dans le bas pour créer un fond utérin puissant qui pousse le bébé avec force et précision. Et de la tête qui couronne, re-entre, couronne, re-entre, couronne, re-entre afin que le vagin s'ouvre doucement et ne déchire pas. Et du vernix, ce merveilleux lubrifiant. Etc. Etc. Etc.
Il fallait choisir, puisque Ma mère, c'est la plus forte ne possède que 32 pages, quelques analogies qui donneraient confiance à la génération grandissante. 
 

3. Pour les enseignants et les éducateurs

J'ai choisi de parler du « bassin », car je souhaitais que mon livre puisse être lu dans les écoles comme dans les centres de la petite enfance. Je savais qu'en utilisant le mot « vagin », cela devenait plus délicat pour le personnel, qui se soucie de certains parents qui peuvent réagir fortement à certains tabous. Bonne nouvelle: plusieurs écoles possèdent ce livre et j'ai même fait une conférence dans une classe de premier cycle!


Parlez-leur du vagin

Enfin, n'hésitez pas, si un enfant vous pose une question sur le vagin, vous qui avez déjà désamorcé un grand tabou de la vie en abordant la naissance, à l'écouter et à répondre à ses questions.


Cynthia!

Vous avez d'autres questions? N'hésitez pas à me les soumettre en commentaire et j'y répondrai avec plaisir!

N'oubliez pas de participer à notre concours qui prend fin le Jour de la femme, à minuit. 
9 prix, 9 gagnantes!  


BRABANT, Isabelle, Une naissance heureuse, Fides, 20013
BUCKLEY, Sarah. Gentle Birth, Gentle Mothering
GASKIN, Ina May. Spiritual Midwifery
SEARS, William, The Baby Book, The Sears Librairy, 2001

 

mardi 1 mars 2016

Je suis féministe


Ces jours-ci, on parle beaucoup de « féminisme » dans les médias. Je crois qu'on est souvent peu informé sur la question. C'est pourquoi j'avais envie de partager avec vous quelques extraits d'un de mes récents travaux d'université : souhaiter l'égalité homme femme en matière d'emploi, est-ce utopique? (par Cynthia Durand, 2015)


Il est assez commun d'entendre :
« Pourquoi les organisations féministes revendiquent-elles encore par rapport à l'égalité des femmes? Les femmes peuvent choisir le métier qu'elles veulent, il me semble que l'équité est faite! »

Or, il s’agit de consulter quelques statistiques pour se rendre compte
que l'égalité homme femme est loin d'être atteinte :

Les femmes
  • ont de moins bons salaires (0,84$ pour 1$ gagné par un homme),
  • sont surreprésenté dans les travaux atypiques (ex : horaire rotatif dans les emplois de services),
  • sont plus touchées par la précarité d'emploi,
  • occupe plus souvent des postes à temps partiel involontaire et
  • sont généralement le parent le plus impliqué dans les responsabilités familiales. 
    (Tremblay, 2009)

Souhaiter l'égalité homme femme en matière d'emploi est-il utopique? Voici quelques politiques exemplaires mises en place dans certains pays afin de favoriser une certaine équité.


La Finlande
« En Finlande, un parent a droit de travailler à temps partiel pour s'occuper d'un enfant jusqu'à l'âge
scolaire. » (Math et Meilland, 2004 : 19) Contrairement à ici où le travail à temps partiel est souvent
involontaire et que les employeurs sont peu accommodants, en Finlande, une loi a été votée que tout
employé peut faire une demande à son employeur et a le droit de se prévaloir de ce type d'arrangement pour prendre soin de ses enfants.

La Norvège
En Norvège, un système de compte-épargne temps permet aux parents de travailler à temps partiel pour un temps donné tout en ayant leur plein salaire grâce à des heures mises en banque. (Math et Meilland, 2004)

Le Danemark
Au Danemark, le congé parental de 12 mois peut être pris jusqu’à la neuvième année de l’enfant, peut
être fractionné et est accessible à tous parents (les salariés, les indépendants, les épouses qui assistent
leurs partenaires indépendants, les personnes au chômage et les bénéficiaires de l’assistance sociale.
(Meilland, 2001 : 4)

La Suède 
Le mot « flexibilité » est une caractéristique importante de leurs mesures familiales. Puisque chaque famille est unique, le congé parental offre plusieurs possibilités : « les 480 jours du congé, dont 60 réservés à chacun des parents, peuvent se répartir entre les parents jusqu'aux huit ans de l'enfant, par fraction pouvant aller jusqu'au 8e par jour. » (Math et Meilland, 2004 : 16) Ce concept de « fraction pouvant aller jusqu'au 8e par jour » signifie que le parent peut prendre jusqu'à 1 heure par jour de son congé, c'est-à-dire que le parent peut travailler à temps partiel de manière volontaire tout en ayant le supplément de salaire offert par un congé parental selon le nombre d'heures.

Une lutte féministe
Ce sont les femmes qui ont contribué à l'égalité des sexes partout sur la planète, depuis de nombreuses années. Ces revendications, comme l'écrit Lysane Grégoire dans une revue féministe qui revendique le libre-choix des femmes quant à leur accouchement,

c'est une « lutte semblable à celles de l'obtention du droit de vote ou du droit à l'avortement. Une démarche féministe qui fait face à des résistances non seulement du pouvoir patriarcal, mais qui doit aussi cheminer à travers l'indifférence de bon nombre de femmes qui ne voient tout simplement pas l'utilité de remettre en cause la médicalisation de l'accouchement… comme ces femmes dans les années 40 qui ne savaient qui faire d'un droit de vote. » (Grégoire, 2015)

Le conflit de l'égalité des sexes est donc une cause féministe et les mentalités doivent
changer pour qu'un changement réel s'opère. Si nous revenons à l'emploi, les femmes doivent
pouvoir choisir, même avec de jeunes enfants à leur charge, si elles veulent travailler ou prendre soin
de ceux-ci ou trouver un juste milieu avec un aménagement de temps de travail qui fonctionne avec son plan de carrière et de famille. L’évolution des mentalités passe encore par une reconnaissance de la nécessité d’égalité au plan national et par des politiques anti-discriminations pour les femmes.



Bibliographie

GRÉGOIRE, Lysane (2015), MAMANzine Volume 19, Numéro 1, octobre 2015. Éditorial de Lysane
Grégoire. Laval : Groupe MAMAN. p.3.

MATH A. et MEILLAND C. (2004) Un état des lieux des congés destinés aux parents dans vingt pays
européens. Revue de l'IRES No. 46. p.113-136.

MEILLAND Christèle (2001) Danemark – L'égalité hommes-femmes sur le marché du travail mise à
mal par les congés parentaux. Chroniques internationales de l'IRES no.71 – juillet 2001. p. 3-10.

TREMBLAY, Diane-Gabrielle (2009). Développement économique et emploi – les enjeux et les
politiques. Québec : Presses de l’Université du Québec.

TREMBLAY, Diane-Gabrielle (2009a). L’éclatement de l’emploi. Québec : Presses de l’Université du
Québec.

WIERINK Marie. (2001) Pays Bas - Temps de travail : le droit de choisir. Chroniques internationales
de l'IRES no.63 – mars 2000. p.13-29.

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs