lundi 7 mars 2016

Bassin ou vagin?


Une page du livre "Ma mère, c'est la plus forte - une histoire sur la naissance" disponible sur amazon.ca


« Pourquoi, dans le livre Ma mère, c'est la plus forte, dire aux enfants que le bébé descend par le « bassin », plutôt qu'honnêtement utiliser le mot « vagin »? »
                                                            – Emmanuelle, mère de cinq enfants



Bassin ou Vagin? Trois arguments
par Cynthia Durand



1. Car le bassin est une structure extraordinaire

« Un bassin trop étroit », voilà une réponse des plus populaires pour expliquer les césariennes de nos mères, voilà aussi une peur se transmet et persiste. Or, le bassin est une structure merveilleuse! Il s'agit d'un ensemble d'os mobile, articulé. Lors de l'accouchement, grâce aux relaxines et à certaines positions, le bassin peut s'ouvrir jusqu'à 20% de plus qu'à la normale. (Sears, 2001) Et le bébé qui, tête première, tourne, comme une ballerine, dans les angles exacts pour profiter de la largeur maximale du bassin selon chaque stade de l'accouchement, c'est merveilleux! Il fallait partager avec les enfants le génie du corps de la femme!


2. Car l'album ne possède que 32 pages

Une page du livre "Ma mère, c'est la plus forte"
J'y ai bien pensé, parler du vagin qui s'étire à la perfection pour le petit corps qui s'y glisse... comme lorsqu'on enfile un chandail à col roulé, ou une chaussette. J'ai même fait le croquis d'un petit vers de terre qui descend dans son tunnel, qui se creuse un chemin de la taille exacte pour celui-ci. J'ai aussi voulu parler du crâne du bébé, en os non soudés, qui se compacte en passant dans le « tunnel » pour s'ajuster au corps de sa mère. Et de l'utérus dont les tissus s'ouvrent dans le bas pour créer un fond utérin puissant qui pousse le bébé avec force et précision. Et de la tête qui couronne, re-entre, couronne, re-entre, couronne, re-entre afin que le vagin s'ouvre doucement et ne déchire pas. Et du vernix, ce merveilleux lubrifiant. Etc. Etc. Etc.
Il fallait choisir, puisque Ma mère, c'est la plus forte ne possède que 32 pages, quelques analogies qui donneraient confiance à la génération grandissante. 
 

3. Pour les enseignants et les éducateurs

J'ai choisi de parler du « bassin », car je souhaitais que mon livre puisse être lu dans les écoles comme dans les centres de la petite enfance. Je savais qu'en utilisant le mot « vagin », cela devenait plus délicat pour le personnel, qui se soucie de certains parents qui peuvent réagir fortement à certains tabous. Bonne nouvelle: plusieurs écoles possèdent ce livre et j'ai même fait une conférence dans une classe de premier cycle!


Parlez-leur du vagin

Enfin, n'hésitez pas, si un enfant vous pose une question sur le vagin, vous qui avez déjà désamorcé un grand tabou de la vie en abordant la naissance, à l'écouter et à répondre à ses questions.


Cynthia!

Vous avez d'autres questions? N'hésitez pas à me les soumettre en commentaire et j'y répondrai avec plaisir!

N'oubliez pas de participer à notre concours qui prend fin le Jour de la femme, à minuit. 
9 prix, 9 gagnantes!  


BRABANT, Isabelle, Une naissance heureuse, Fides, 20013
BUCKLEY, Sarah. Gentle Birth, Gentle Mothering
GASKIN, Ina May. Spiritual Midwifery
SEARS, William, The Baby Book, The Sears Librairy, 2001

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs