vendredi 9 septembre 2016

La Femme et l'Accoucheur

Voici un récit philosophique sur l’accouchement, inspiré de mes merveilleuses rencontres estivales...

Description des personnages :

L'Accoucheur :

Un « Accoucheur », c'est le terme utilisé sur les formulaires québécois d'acte de naissance pour désigner la principale personne présente pour « accoucher » une femme. Au Québec, la vaste majorité des accoucheurs sont des médecins, sauf pour environ 2% des naissances où ce sont des bachelières sagefemmes et quelques poussières dont l'accoucheur est le conjoint, une amie ou une bonne étoile.

La Femme :

Dans son sens large, un être humain aux chromosomes XX; le genre « féminin », celui qui a des ovaires, des seins, un utérus, un vagin et une vulve. La Femme, dans son sens libéré; celle qui croit en l'égalité entre l'homme et la femme, qui peut choisir la carrière ou la maison, qui peut être autonome financièrement, enfanter le nombre d'enfants qu'elle veut et gérer sa sexualité elle-même – du plaisir à la conception, à la mise au monde de ses enfants, au respect de soi – selon sa conscience et ses valeurs.


Conversation entre la Femme et l'Accoucheur


L'Accoucheur :

Félicitations pour ce beau bébé! Félicitations pour ton accouchement! Mais dis-moi, pourquoi n'es-tu pas venue me voir? Pourquoi avoir pris le RISQUE d'accoucher seule, chez toi?

La Femme :

J'y ai pensé, durant les neuf derniers mois, j'y ai pensé plus que vous ne pouvez vous l'imaginer, Accoucheur, à venir vous voir en accouchant. Cependant, j'ai aussi réfléchi aux nombreux risques que j'ai pris récemment : celui de me baigner dans des rivières, alors que, tous les étés, des gens s'y noient; celui de prendre ma voiture, alors que les accidents de la route sont si nombreux; celui d'accoucher seule, alors que mon corps a su comment unir un ovule et un spermatozoïde, implanter un œuf, le diviser de la manière parfaite pour créer un placenta, un petit cerveau, des membres, des organes... pourquoi mon corps qui a su accomplir un si merveilleux travail durant quarante semaines flancherait-il, tout d'un coup, lors de la mise au monde de ce nouvel être?


L'Accoucheur :

Je t'écoute, Femme. Je vois que tu as infiniment confiance en toi. Mais n'est-ce pas insouciant de ne pas croire en la MÉDECINE MODERNE?

La Femme :

Je suis de votre avis à propos de la médecine moderne, cher Accoucheur : j'ai la certitude que celle-ci est incroyable et porte dans ses bras tous les jours des cancéreux, des accidentés, des guerriers... La médecine moderne est merveilleuse! Et, je vous le jure que, si je me casse le bras, que mon enfant est gravement malade ou que j'en ressens le besoin en accouchant, je vous contacterai. Cependant, mon expérience et mes recherches me laissent croire en un nouveau paradigme de la naissance, où mettre au monde ses enfants n'est pas un acte médical, mais avant tout un acte sexuel, qui, par conséquent, est profondément intime.


L'Accoucheur :

J'ai assisté des centaines de naissances dans ma carrière, je connais le mot INTIMITÉ. J'ai pu observer comment certains accouchements progressent rapidement lorsque certaines femmes s'isolent dans la salle de bain ou sous la douche. Je te jure, j'aurais respecté ton intimité, j'aurais été le plus discret du monde, lorsque tu bâtissais ta bulle d'accouchement. Ne me fais-tu donc pas CONFIANCE?

La Femme :

Votre confiance est douce à mon cœur. Elle m'a bien préparé à mon accouchement et c'est avec confiance que j'ai accouché. La même confiance dont j'éprouve envers toutes les autres fonctions physiologiques de mon corps : digérer, m'endormir, réguler ma température, maintenir ma pression artérielle, accoucher... Et, si la femme en santé, celle dont toutes ses fonctions physiologiques fonctionnent bien, avait surtout besoin de cette confiance-là, celle en elle-même?


L'Accoucheur :

Tu veux dire, Femme, que tu crois que la vaste majorité des femmes est capable d'accoucher PAR ELLE-MÊME? Ne crois-tu pas qu'il y a des raisons évidentes pour lesquelles les accouchements ont lieu aujourd'hui dans les hôpitaux, ou du moins avec une sagefemme?

La Femme :

Je suis une Galilée des temps modernes qui ose remettre en doute ce que l'on tient pour acquis. L'histoire des accouchements au Québec[1], les nouvelles connaissances que nous avons sur les hormones de l'accouchement[2], l'amélioration des conditions d'hygiènes de nos sociétés modernes[3] et l'expérience de naissances non perturbées[4] nous mènent vers un nouveau paradigme des naissances, celui des accouchements autonomes.


L'Accoucheur :

Et ton conjoint? N'y as-tu pas pensé à SES PEURS de l'accouchement? À sa détresse lorsqu'il voit sa femme en douleur.

La Femme :

Comme vous avez raison, cher Accoucheur : accoucher est loin d'un geste anodin.

J’ai vécu un accouchement intense, mais la douleur de l'accouchement n’a jamais été supérieure à ce que mon corps de femme ne pouvait supporter et la nature m’a offert de doux repos d'endorphine après chaque vague puissante. Plus qu'une série de contractions de l'utérus, accoucher est une série de relâchement de celui-ci.

Et puisque l'homme-conjoint est présent dès le début de la conception d'un enfant, au plus profond de l'intimité de la femme-qui-crée-porte-et-accouche, dans la nudité mutuelle, n'est-ce pas normal que la naissance ait lieu dans cette même intimité? Est-ce l'homme qui sentira le bébé pousser dans son vagin pour en sortir? Est-ce ses abdominaux et son abdomen qu'on coupera, avec la plus grande minutie du monde, pour y sortir l'enfant, en cas de pépin? Est-ce à l'homme que l'on demande de montrer son pénis, timide et sacré, telle la vulve, devant des médecins lors de la mise en monde de ses enfants, lui qui a été impliqué sexuellement dès le commencement? Vous savez, si l'on demandait aux hommes de montrer leurs organes génitaux, comme on demande aux femmes de se mettre à nu, ils se lèveraient debout, regarderaient leurs amoureuses dans les yeux et diraient : « Mon amour, suis-moi, nous allons avoir notre enfant dans la même sensualité et grandeur que celle lorsque nous avons créé ce petit être. Depuis que le monde est monde, la femme sait. »


L'Accoucheur :

Chère Femme, notre conversation m'amène à de grandes RÉFLEXIONS... Dans notre monde moderne où l'éducation et l'autonomie sont à la portée de chacun, aujourd'hui, je t'offre mon titre. Soit une Femme-Accoucheuse, soit l'Accoucheur de toi-même. Mais, n'oublie jamais d'apprendre à nager avant d'aller à la rivière et d'apprendre à conduire avant de prendre la route. Bonne route.

« La sécurité ne se vend pas dans les supermarchés.

La sécurité existe à l’état pur, c’est toi qui te la donnes.

Pour une fois dans la vie, tu deviens l’artisane de toi-même.

Danielle MERCIER,  Au fil des jours – propos d’une sagefemme, p.51



[1] RIVARD, André, L’histoire de l’Accouchement au Québec, édition Remue-Ménage, 2015
[2] BUCKLEY, Sarah, Gentle Birth, Gentle Parenting,
[3] ST-ARMAND, Stéphanie, Séméiologie des accouchements.
[4] ODENT, Michel, Naître et renaître dans l’eau et autres ouvrages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs