vendredi 7 avril 2017

On m'a volé mon vagin

Ce matin, je publie ce texte spécial,
composé pour mon amie Kooloo,
qui, il y a exactement un an,
s'est fait voler son vagin.

On lui a rendu… encrassé, mutilé, empoisonné.

J'écris ce texte pour briser le silence,
et aussi, parce que j'aimerais prendre ta blessure,
Kooloo, et la jeter à la mer…

Malheureusement, je sais que c'est impossible,
de faire disparaître ce trauma par magie,
alors, j'espère y mettre un peu de baume…





On m'a volé mon vagin

C'est arrivé comme un accident de la route.
Vous savez, on a beau suivre le code de route, respecter les limites de vitesse, toujours faire ses angles morts… un accident, malheureusement, ça n'arrive pas qu'aux autres.

Ça aurait pu arrivé à la belle fille dans l'auto bleue, à l'imprudente qui dépassait en zigzag sur l'autoroute, je ne sais pas, moi, à quelqu'un d'autre!

Ce matin, là... bang! un tracteur m'a coupé le chemin, j'ai pris le champ, j'ai perdu connaissance, puis, quand je me suis réveillée, le tracteur m'avait pillé dessus avec se grosses roues sales et il avait pris la poudre d'escampette.

D'accord, ça ne s'est pas passé sur la route, mais je vous jure: un tracteur m'a drogué, à mon insu, et m'a passé sur le corps. Il m'a complètement défiguré. Il a complètement défiguré mon vagin.

Vous pouvez imaginez comment un soldat sur un champ de bataille se sent quand il vient de perdre se deux jambes et son pénis. Quand j'ai repris conscience, j'avais l'impression qu'on m'avait abandonné, sur un champ de bataille puant, avec une bombe explosée dans le vagin.

J'ai essayé de me laver, de me libérer de l'odeur, du sperme dégoûtant, de ses traces de roues sales sur mon corps. Le problème, c'est qu'il m'avait défiguré par l'intérieur, qu'il y avait une couche de crasse dont je n'arrivais pas encore à me défaire. Ses grosses roues boueuses ont râpé mon vagin, émietté mon coeur, perforé mes organes. Je ne me reconnaissais plus.

J'ai voulu lui crever les quatre roues, à ce tracteur empoisonné; scier son volant; verser de l'arsenic sur son moteur. Mais il s'est sauvé, comme un animal sauvage enragé. Et, personne, personne, ne lui a couru après, ni ne l'a rattrapé, même pas la police. Parce que le monde, ils s'en foutent, quand on se fait défigurer par l'intérieur. Du vagin jusqu'au fond des tripes, quand c'est par l'intérieur qu'on te défigure, même avec de grosses roues sales puantes, les gens autour ne le voient pas, le mal, ils ne la comprennent pas, la souffrance.

Mais le cerveau, lui, rien ne lui échappe, même quand le corps ne comprend pas. Le cerveau voit noir, il cherche un coupable, il m'accuse, il cherche à assembler les pièces du puzzle, à reprendre le dessus dans un énorme nuage noir. Puis il me renvoie les images du cauchemar, à tout moment, comme les anciens combattants traumatisés de guerre. Ensorcelée par ce gros tracteur dégoûtant, le souvenir épouvantable et la douleur me transpercent l'âme, à tout moment, sans prévenir.

Mon corps a versé de l'eau salée et a bien voulu s'y noyer. Mais la Vie, elle m'a attrapé par le chignon, et m'a empêché au tout dernier moment, de choir de fond de l'océan. Parfois, j'espère que ce tracteur, s'y rendre à l'océan, que ses grosses roues sales y restent coincées à jamais, qu'il s'y noie. Pas par vengeances, je me suis bâti une carapace, je ne le reverrai probablement jamais; mais je veux qu'il pénètre l'océan, par protection, pour les autres filles, belles ou laides, jeunes ou vieilles, naïves ou éduquées... vous savez, les accidents de la route, ça n'arrivent pas qu'aux autres.


Pour Kooloo,
avec amour,
Cynthia xx

Note : Kooloo est une fée. Aujourd'hui, elle fait preuve d'une résilience incroyable : elle croit en la Vie, même si la Vie a été injuste et brutale à son endroit. Kooloo est une fée à l'aile brisée... qui continue de faire de la magie autour d'elle, malgré certains jours plus gris, pendant que son aile se répare doucement. Bientôt, Kooloo, je suis sûre que tu reprendras ton envol, haut et fier! Je pense à toi! N'hésitez pas à lui laisser un message en commentaire, je suis sûre qu'elle appréciera ce baume sur son aile brisée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

SUIVEZ CE BLOGUE... Environ 1 fois par semaine, j'écris sur le Nord, ma maternité...

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement

"Ma mère, c'est la plus forte", un livre pour déconstruire nos peurs face à l'accouchement
"C'est l'histoire de la naissance de ma petite soeur" Mat - fils de l'auteure

Nombre de visiteurs